SIRET 082402264400010
  • Black LinkedIn Icon
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
  • Instagram Basic Black

Dia de los muertos - Mexico - San Juan de Chamula & Oaxaca

San Juan de Chamula - peuple majoritairement indigène avec des influences catholiques - Les morts sont enterrés à même le sol, pour faire communion avec la terre. Les croix sont de couleurs différentes en fonction de l'âge des défunts.

Bien que la religion catholique bannisse le polythéisme, la culture indigène fait partie intégrante du jour des morts, les églises et autres sanctuaires sont donc revisités pour ces journées.

La fleur de cempazúchitl rencontre la vierge.

La fleur de cempazúchitl vendue sur des étals ou sur le sol pour fleurir les tombes, permet aux morts de visiter leur famille, elle ornera les tombeaux des défunts et illuminera les cimetierres.

Des paysans venues vendre la fleur de cempazúchitl .

La fête des morts trouve son origine dans la culture indigène et a été au fur et à mesure du temps, mélangée avec le catholicisme.

Des descendants d'indigènes continuent à pratiquer les cérémonials afin de perpétuer traditions et expliquer l'origine des fêtes.

Contrairement au monde occidental, la mort au Mexique n'est pas un sujet tabou. Toutes les générations sont confrontées aux fêtes et les enfants sont encouragés à perpétuer ces traditions surtout à Oaxaca.

Les marionnettes géantes à Oaxaca sont symboles de fêtes, aussi bien pour les mariages, défilés etc. El dia de los muertos est également symbolisé avec cette calaca. (squelette entier)

Toutes les générations confondues sont attendues pour défiler, et personne n'est mis à part.

Enfant subjugué par un "diablo"

La reine del dia de los muertos.

Mariachi saluant son public

La muerteada, un défilé de musiciens, diablos et catrinas accompagnant les familles en direction des pantheones (cimetière).

La muerteada.

La muerteada.

La danza de los diablos représente l'héritage culturel des africains sur cette terre. Depuis 1442, ils ont été emmenés comme esclaves dans les mines de Pachuca, Guanajuato, Zacatecas, Morelia et dans les plantations d’Oaxaca et de Guerrero.

La danse est composée de 12, 16, 24 et 36 éléments et est un mélange de mouvements comme des cercles de devant, des dos, des mouvements de derrière, montrant le masque, faisant des mouvements avec force, grognant et jetant au sol.

Tous les participants s'habillent à peu près de la même façon, à l'exception du «Diablo Mayor», le danseur qui interprète ce rôle spécial, qui porte une tenue plus élégante.

La muerteada.

L'héritage musical du peuple afro-mexicain occupe une place particulière, de même que l'intérêt actuel des jeunes pour sauver un instrument traditionnel au sein de l'accumulation culturelle du passé et du présent d'Oaxaca.

La muerteada: mère et fille.

La muerteada: couple de calacas.

La muerteada: fillette qui tenait particulièrement à ce que je la prenne en photo. Elle avait sorti sa plus belle robe tandis que maman travaillait.

La muerteada: connaissez vous le groupe de metal-pop du nom de Ghost ? Allez voir une photo de son chanteur qui représente la papesse du diable, nous retrouvons sa "famille" ici en confrontation avec l'église.

La muerteada: Mariachi muerto.

La muerteada: le défilé s'agrémente également de défis. Il est bon de défier la mort face aux artifices. 

La muerteada: celui qui tiendra le plus longtemps sous son taureau explosif sera complimenté de ses exploits.

Les entrées des cimetières sont souvent très décorées.

Les entrées des cimetières sont souvent très décorées. Il s'agit de panthéons.

La préparation des tombes sont un travail énorme et minutieux.

La terre est travaillée, la matière modelée en fonction des formes qu'ils donneront à leurs oeuvres.

Les familles y déposent tout ce qu'aimaient leurs défunts.

Une veuve contemplant son oeuvre.

Une enfant embrassant la lumière pour éclairer le chemin qui ménera son grand-frère à elle.

Toute la famille restera toute la nuit afin que les morts puissent leur rendre visite.

Un homme attendant ses parents.

Une veuve attendant la visite de son défunt.

Une des photos qui me touche le plus. Un veuf attendant la visite de sa femme mais également que la mort l'emporte.

Une veuve attendant la visite de son mari.

Le début des festivités.

La plupart des familles passe la nuit dans les cimetières afin de parler, de fêter, de manger, de boire avec leurs défunts. Ils font nuit blanche car  il s'agit de la seule nuit où les morts sont autorisés à visiter le monde des vivants, à la seule condition d'avoir leur photo sur les autels.

Des soeurs veillant sur leur petit frère.

Oaxaca a la particularité de fêter leurs "angelitos" (petits anges), une nuit leur est dédiée, du 31 au 1er novembre, tandis que du 1er au 2 nov, il s'agit de recueillements pour les adultes.

Un ange m'accueille.

Les familles s'offrent les services de mariachis afin de jouer les plus belles chansons aux défunts, le Mezcal coule à flots et nous fêtons la mémoire des défunts.

La muerte joven, l'ange de la mort.

Les familles s'offrent les services de mariachis afin de jouer les plus belles chansons aux défunts, le Mezcal coule à flots et nous fêtons la mémoire des défunts.

Les tapetes ou tapis de paillettes sont les représentations du culte du jour des morts, souvent il s'agit d'icones mais aussi de scènes du jour des morts, ici la muertada.

El taller, sont souvent des hommes. Ici une femme d'une entreprise familiale réputée dans la région.

Elle fabrique et taille en aluminium des icônes ou des coeurs sacrés qui sont placés sur les autels ou en décoration des murs des maisons.

Le travail est minutieux et très important.

Dans les rues, les habitants préparent leur trottoir pour inviter les passants à venir chez eux.

Les bougies font toujours leur effet.

Les familles préparent des mets délicieux, du mole à base de cacao, des oranges, et nous invitent à boire du Mezcal, l'alcool régional et la fierté des habitants de Oaxaca.

Les autels sont préparés avec amour. On y dépose tout ce qu'aimaient les défunts ainsi que des mets traditionnels comme le pain de muerte, les calaveras en sucre, des calacas, les fleurs etc...

Mais surtout, on y dépose la photo de nos défunts tant aimés.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now